Qu'est-ce qu'une recommandation de bonne pratique ?

Supposons que vous vous posiez une question en rapport avec le diabète de type 2, et que vous vouliez savoir quelle est la meilleure réponse à y apporter. Cette information, vous la trouverez essentiellement dans une Recommandation de Bonne Pratique clinique (RBP), appelée aussi Guideline ou Guide de Pratique Clinique (GPC).
En effet, les auteurs de RBP auront collecté toutes les informations pertinentes sur le sujet et en auront également évalué la qualité. Sur cette base, ils auront proposé une recommandation de bonne pratique clinique applicable en pratique par le clinicien. Une RBP est une synthèse de résultats de recherches scientifiques et d'une analyse rigoureuse de ceux-ci, suivie d'une conclusion obtenue sur base consensuelle.

Les RBP fondées sur le consensus (consensus-based) formulent une réponse à des questions cliniques sur base de l'avis de plusieurs experts. C'est le cas quand la littérature disponible sur le sujet est trop maigre ou contradictoire, mais cela peut être aussi le cas quand les auteurs de la recommandation n'ont pas fait une recherche et une évaluation systématiques des données de la littérature. Le consensus peut être atteint par une discussion informelle ou via une méthode formelle, comme par exemple la méthode Delphi ou la méthode du groupe nominal.

Les RBP fondées sur des données probantes ont été développées en utilisant une méthodologie rigoureuse. Il s'agit d'une recherche systématique dans la littérature des données probantes sur le sujet, suivie de recommandations précisant clairement sur quelles données probantes elles s'appuient. La différence avec une revue systématique (RS) est que la RS ne formule pas de recommandations, mais se limite à une revue de la littérature qui collecte les publications sur un thème particulier ou sur une question précise de recherche et évalue le niveau de preuves des données scientifiques qui en émanent. Il ne s'agit donc pas d'une RBP mais elle peut lui servir de base.

Il reste encore à préciser avec quelle force les données recueillies sont probantes et fiables. Les RBP de bonne qualité l'indiquent par un niveau de preuve, sorte de cotation reflétant la validité et la fiabilité des données recueillies. De même, les développeurs de RBP attribuent de plus en plus à chacune de leurs recommandations un 'degré de recommandation' (grade of recommendation). Ce degré indique la force, la puissance d'une recommandation après mise en balance des bénéfices apportés par les données probantes avec leurs inconvénients (effets secondaires, coûts, ...) dans un contexte de soins donné.

Une RBP n'est pas non plus un protocole, ni un trajet de soin. Un protocole offre un soutien aux prestataires de soins au niveau des actions liées aux soins à prodiguer, et explique ainsi étape par étape les procédures à mettre en œuvre. Un trajet de soins est destiné à coordonner les soins prodigués par les membres d'une équipe pluridisciplinaire à un groupe de patients présentant un problème de santé bien déterminé.

La gamme existante de recommandations, standards, protocoles, trajets de soins, ... est très large. Il est donc important pour le clinicien d'évaluer la qualité d'une RBP et de séparer le bon grain de l'ivraie : les options et résultats importants ont-ils été pris en compte ? La procédure de recherche et d'évaluation des données probantes est-elle clairement explicitée et est-elle adéquate ? La recommandation est-elle suffisamment récente ? La RBP a-t-elle été soumise pour commentaires ? L'impact de la RBP a-t-il bien été évalué ? Tous ces aspects peuvent être évalués à l'aide de l'outil AGREE II​, grille d'évaluation adoptée internationalement.

Vers la CEBAM Digital Library for Health .
se connecter »
Consultez nos futures activités .
Aperçu »